Navigation par page & recherche

Coronavirus : passer la deuxième vague en toute sécurité

Les mesures prises par le Conseil fédéral pour lutter contre le coronavirus constituent un équilibre entre l'endiguement de la deuxième vague de l'épidémie et le maintien de la vie économique et sociale. Afin de prévenir une aggravation de la situation tout en évitant de nouvelles restrictions, la Société des employés de commerce appelle à une application rigoureuse des plans de protection au sein et en dehors des entreprises. Un accent doit également être mis sur le renforcement de la santé psychique des employé-e-s.

11.11.2020

La Société des employés de commerce comprend l'objectif du Conseil fédéral qui consiste à éviter dans la mesure du possible un deuxième confinement à l'échelle nationale. Les conséquences négatives de la première vague de coronavirus sont encore considérables (voir l'analyse du Centre de recherches conjoncturelles KOF) et les conséquences socio-économiques d'un second confinement seraient lourdes : nouvelle hausse du chômage, détérioration des conditions de travail, nouvelles annonces de faillites, etc. Sans parler des conséquences psychologiques pour de larges pans de la population résultant de l'isolement et de l'insécurité liée au Covid-19, qui risquent de s'aggraver pendant les mois d'hiver. Afin de réduire à long terme le nombre de cas et d'éviter un nouveau confinement, la Société des employés de commerce appelle à une application rigoureuse des plans de protection – au sein des entreprises comme en télétravail (voir Chang, S., Pierson, E., Koh, P.W. et al.) et se tient à disposition des employé-e-s à travers des offres appropriées. En plus de la santé physique des employé-e-s, un accent doit également être mis sur la santé psychique.

Meilleure mise en œuvre et meilleur suivi des plans de protection

Les mesures prises par le Conseil fédéral ont principalement un caractère de recommandation, mais ne prévoient pratiquement pas d'interdictions. Ces dernières concernent principalement les grands rassemblements liés à des événements ou à l'enseignement. A celles-ci s'ajoutent parfois diverses réglementations au niveau cantonal. « Les mesures prises par le Conseil fédéral et les cantons doivent absolument être mieux communiquées, mieux comprises et mises en place de manière plus systématique », dit Caroline Schubiger, responsable Emploi et Conseil à la Société des employés de commerce. La plupart des mesures ne sont certes pas nouvelles et une grande partie d'entre elles ont déjà été testées, mais des incertitudes demeurent, notamment dans le monde du travail, entre les plans de protection prescrits par les autorités et ceux établis par les entreprises (voir FAQ consacrée au coronavirus). Les réductions de salaire qui en résultent doivent également impérativement être compensées financièrement. « Les employé-e-s ne sont pas au clair quant à ce qui s'applique réellement et quant aux démarches à effectuer en cas de doute. »

La Société des employés de commerce recommande aux entreprises de communiquer de manière claire et transparente sur les mesures de protection et de définir des personnes de contact pour soutenir les employé-e-s, ainsi que l'entreprise à resepcter ces mesures. « Il est important que les employé-e-s disposent au sein de l'entreprise d'interlocuteurs-trices précis-e-s auprès desquel-le-s ils peuvent faire part de leurs préoccupations et qui qui soient à même de répondre à leurs craintes », explique Caroline Schubiger. « Ce rôle peut par exemple être assumé par les responsables de la sécurité ou des spécialistes de la gestion de la santé en entreprise. Il est également possible de passer par les RH, les commissions du personnel ou la Société des employés de commerce, en tant que partenaire social. » S'il existe des signes que les plans de protection ne sont pas mis en œuvre correctement ou qu'ils ne sont pas respectés, la Société des employés de commerce recommande de documenter les dysfonctionnements et de les signaler immédiatement. Il convient également en tout état de cause de renforcer les mécanismes de contrôle des inspections régionales du travail.

Ne pas perdre de vue la santé psychique

Mais des concepts de protection clairs ne sont pas seulement nécessaires au front et au bureau. Les employé-e-s qui font du télétravail depuis des mois, tout comme les personnes qui se trouvent en situation de chômage partiel et qui ne peuvent parfois plus travailler requièrent une protection de la santé adaptée (voire personnalisée). Les risques psychosociaux doivent être pris en compte de manière appropriée – en particulier dans la perspective des prochains mois d'hiver. « Contrairement à ce qui prévalait lors du confinement national, nous ne pouvons actuellement plus profiter des longues nuits estivales. Et la possibilité de pratiquer des activités en plein air comme alternative au fitness ou aux activités culturelles est limitée. C'est pour cette raison que les entreprises doivent veiller au bien-être de leurs employé-e-s, afin qu'ils puissent développer un bon équilibre entre leurs ressources et leurs charges », ajoute Caroline Schubiger. Cet équilibre exerce une grande influence sur la motivation et l'état de santé.

La Société des employés de commerce recommande aux employé-e-s effectuant du homeoffice de s'essayer à un nouveau rythme quotidien et de consacrer suffisamment de temps à leurs activités personnelles. Cela permet de faire régulièrement le plein d'énergie et de renforcer sa santé à long terme. En collaboration avec son partenaire SWICA, la Société des employés de commerce a notamment élaboré des conseils concrets en matière de gestion de soi, de pleine conscience et d'ergonomie. Ceux-ci sont formulés dans son nouveau guide intitulé «La santé au travail». Des conseils psychologiques prodigués par des professionnel-le-s peuvent également s'avérer utiles pour trouver des solutions permettant de mieux faire face au blues hivernal ou au blues lié à la crise du coronavirus et de surmonter les éventuelles craintes et frustrations.

Engagement en période de crise

La Société des employés de commerce continue de faire tout son possible, au niveau politique et du partenariat social, tout comme à l'égard de ses membres, pour trouver des solutions adéquates durant la crise du coronavirus. Elle se tient à disposition des employé-e-s, des employeurs, des apprenti-e-s et des formateurs-trices pratiques et en entreprise.

Dans sa FAQ consacrée au coronavirus, la Société des employés de commerce répond aux principales questions de droit du travail. Que peuvent attendre les employé-e-s de la part de leur employeur et de leur supérieur-e-s s'ils doivent continuer à travailler dans les locaux de l'entreprise ? A quoi faut-il faire attention en matière de homeoffice ou de chômage partiel ? Comment la formation des apprenti-e-s peut-elle être assurée à distance ? La FAQ peut être consultée gratuitement par les membres et les non-membres de la Société des employés de commerce.

Contacts

Communication

Société des employés de commerce
T +41 44 283 45 13
M Mail
Communication

Caroline Schubiger

Responsable Service Emploi et Conseil
T +41 44 283 45 53
M Mail
Caroline Schubiger

Toutes les offres en un coup d'œil