Navigation par page & recherche

Etude de la HWZ : les professions commerciales deviennent plus exigeantes, les compétences managériales, personnelles et sociales gagnent en importance

Les compétences managériales, personnelles et sociales gagnent en importance, selon une récente étude menée par la Hochschule für Wirtschaft Zürich (HWZ) sur mandat de la Société des employés de commerce. Si le besoin de cadres traditionnels va diminuer, les employés disposant de compétences managériales seront toujours plus recherchés. Par ailleurs, la capacité d'utilisation des applications informatiques ainsi que les compétences de collaboration seront toujours plus essentielles pour la réussite professionnelle.

23. juin 2020

Les diplômé-e-s de la formation commerciale initiale représentent une proportion importante de la relève dans les professions commerciales. L'étude «Profils professionnels du domaine du commerce et de la gestion en 2030» poursuit ainsi les objectifs suivants: connaître la demande à long terme en cadres inférieurs et moyens en Suisse; identifier les compétences requises à l'avenir par cette relève au sein des entreprises; et enfin, déterminer en quoi ceci modifiera les exigences à l'égard de la formation commerciale initiale.

Des compétences variées sont recherchées

À l'avenir, les exigences à l'égard de la relève dans les professions commerciales augmenteront, car elle devra disposer d'un large éventail de compétences et savoir les mettre en pratique. Il s'agit notamment de compétences spécialisées, méthodologiques, sociales et personnelles.

Un transfert des fonctions de direction vers des rôles de direction

Le besoin de cadres va diminuer. Par contre, le besoin de collaborateurs-trices disposant de compétences managériales va fortement augmenter, indique l'étude. Les compétences managériales dont devront disposer tous les employé-e-s peuvent se concrétiser sous forme de direction technique ou de conduite temporaire de personnel. Un transfert des fonctions de direction vers des rôles de direction est en train de s'opérer.

Sybille Sachs, co-auteure de l'étude et directrice de l'Institut de management stratégique de la HWZ explique: «A l'avenir, les collaborateurs-trices devront bien davantage faire preuve de compétences managériales qu'il y a encore peu de temps. Ils seront actifs et actives dans des projets différents, tantôt avec la casquette de leader, tantôt en tant que collaborateur-trice. Cela signifie qu'il n'y aura plus uniquement des cadres classiques, mais que le lead changera en fonction des projets. Les rôles et les compétences des dirigeant-e-s évolueront vers des aptitudes de facilitateur-trice et de coach pour soutenir les employé-e-s dans leur développement. Ils devront être en mesure de partager une vision, d'inspirer et de motiver leurs collaborateurs-trices. Ainsi, à l'avenir, diriger signifiera aussi orchestrer et déléguer des responsabilités et des tâches».

Les compétences informatiques et l'autogestion gagnent en importance

Les compétences liées aux applications informatiques sont de plus en plus pertinentes en raison de l'utilisation accrue des nouveaux outils et des nouvelles technologies. Les compétences commerciales spécifiques seront toujours recherchées, mais elles évolueront toujours plus vite à l'avenir. Les collaborateurs-trices devront être en mesure de comprendre les interconnexions et de structurer leurs connaissances.

La capacité à travailler en équipe, à coopérer avec d'autres, à communiquer aussi bien avec d'autres employé-e-s, qu'avec des client-e-s ou des associé-e-s figurent parmi les compétences sociales les plus importantes. Au niveau de la formation commerciale de base déjà, les aptitudes telles que l'organisation personnelle, l'autoréflexion et la gestion du changement sont essentielles.

Fin des tâches routinières, importance croissante des compétences en résolution de problèmes

Les tâches routinières sont appelées à disparaître en raison de la numérisation et de l'automatisation. En réponse à cela, les compétences méthodologiques telles que la créativité, la résolution de problème, la prise de décision vont gagner en importance. Les compétences analytiques, qui permettent de traiter des données complexes et d'établir des corrélations sont également primordiales.

Mélange de formes d'apprentissage pour le développement des compétences

Pour développer cet éventail de savoir-faire, l'étude suggère un mélange de formes d'apprentissage, fondé sur une (inter)disciplinarité et orientée vers l'action et le travail en équipe. Les institutions de formation devraient se confronter à ce processus de changement, afin que les programmes d'études puissent devenir plus flexibles et que la coopération entre les disciplines soit stimulée. Par ailleurs, la coopération avec les entreprises formatrices devrait aller en s'intensifiant, au profit d'un environnement d'apprentissage proche de la pratique. Les entreprises formatrices s'allieront probablement plus fréquemment afin de se présenter comme des unités communes.

La réforme «Employé-e-s de commerce 2022» repose sur des fondements scientifiques

Une orientation conséquente vers les compétences opérationnelles – c'est-à-dire vers les tâches pratiques effectuées directement sur le lieu de travail – est l'une des préoccupations majeures du projet de réforme «Employé-e-s de commerce 2022» de la Conférence suisse des branches de formation et d'examens commerciales (CSBFC), qui est également responsable du développement ultérieur de la profession. La réforme garantit que les jeunes adultes continuent d'être bien formés, restent recherchés sur le marché du travail et puissent disposer d'un large éventail de possibilités de carrière. «Le projet de réforme repose sur des fondements scientifiques. En matière de transmission de compétences, l'entreprise formatrice constitue le lieu d'apprentissage central. Les écoles professionnelles dispensent des connaissances de base et appliquées, alors que les cours interentreprises transmettent le savoir-faire spécifique aux branches – toujours fondé sur des situations concrètes de travail», explique Michael Kraft, responsable de la formation à la Société des employés de commerce.

L'étude (en allemand) peut être téléchargée sur www.kfmv.ch/studien.

Méthode d'analyse

Pour répondre à ces interrogations, diverses études sur l'évolution des profils professionnels dans le domaine du commerce et de la gestion ont été évaluées. Des interviews ont également été menées avec des représentant-e-s d'entreprises ainsi que des expert-e-s du domaine de la formation.

Auteure

Sybille Sachs est directrice de l'Institut de management stratégique de la HWZ. Elle est instigatrice et co-auteure de l'étude sur les profils professionnels du domaine du commerce et de la gestion en 2030.

Contact

Communication

Société des employés de commerce
T +41 44 283 45 13
M Mail
Communication

Michael Kraft

Responsable Service Formation
T +41 44 283 45 72
M Mail
Michael Kraft

Sybille Sachs

Directrice de l'Institut de management stratégique de la HWZ
M Mail
Sybille Sachs

Liens & Téléchargements