kfmv_Business_Excellence_Double_47_0113_RGB_300dpi

Devenir membre.

Context – notre magazine pour plus de succès au travail

Une demande croissante

Pour les quinquas en recherche d’emploi, la situation est parfois rude. Leur valeur commence toutefois à jouir d’une meilleure reconnaissance sur le marché du travail.

Photo de trois employés: une femme de plus de 50 ans, un jeune homme et une jeune femme qui discutent de manière détendue dans le cadre professionnel.

Photo de Marion Nitsch

Comme l’écrivait Francis Bacon, «la vigne donne plus de raisin lorsqu’elle est jeune, mais du meilleur vin lorsqu’elle a atteint un âge mûr.» Aujourd’hui, la plupart des gens sont en bonne santé et efficaces au-delà de l’âge de la retraite. Mais, quand on perd son poste à 50 ans, il peut s’avérer difficile de retrouver du travail. Si le taux de chômage des aînés reste plus bas que celui des jeunes, les cheveux gris mettent plus de temps à retrouver un emploi que leurs jeunes concurrents. Les préjugés à leur égard sont tenaces.

D’abord, ils ont la réputation d’être souvent malades. Pourtant, les taux d’absence pour cause d’accident ou de maladie sont comparables pour toutes les classes d’âge. Si les plus âgés mettent davantage de temps à se remettre d’une maladie, les jeunes sont plus exposés aux accidents de sport et manquent plus souvent le travail pour des raisons familiales, par exemple pour garder un enfant malade. Par ailleurs, des études montrent que la majorité des cinquantenaires sont intéressés aux changements et que leur créativité demeure intacte. Beaucoup souhaitent même s’attaquer à quelque chose de neuf et à mettre les bouchées doubles dans cette phase de leur vie.

Évolution démographique, un avantage

Le fait qu’elle coûte plus cher à un employeur constitue un handicap pour la génération 45plus. Ceci parce que les salaires et les contributions à la caisse de pension augmentent avec l’âge. Mais de nombreux employés d’âge mûr seraient certainement prêts à certaines concessions pour pouvoir relever un défi intéressant. Quant aux contributions de l’employeur au deuxième pilier, il s’agit d’un problème dont la future réforme des retraites devra se saisir.

De nouvelles possibilités pourraient se dessiner avec la préférence indigène, par laquelle le Conseil fédéral entend compenser le problème lié à la main d’œuvre jeune et bon marché en provenance de l'étranger. Les entreprises devront aussi recourir davantage à la génération 45plus en raison du vieillissement de la population. Enfin, malgré un certain retard, des exemples récents d’entreprises misant sur l’intégration de leurs employés plus âgés (par le biais de la formation continue, notamment) semblent attester d’une prise de conscience progressive de la valeur de l’expérience de la génération 45plus.

Article assorti de portraits à lire dans le Context #11/2017.


A lire actuellement dans le Context #11/2017

Communication d'entreprise: vers de nouvelles formes de narration - Promotion: employés à temps partiel désavantagés - Conseil juridique: quelle protection en cas de maladies consécutives?

dok_context-11-2017-fr-webdok_context-11-2017-fr-web

Promotion: employés à temps partiel désavantagés

Homme en coastard cravate, un porte-documents sous le bras et un biberon en main.

Lire l'article...

Afficher le Context en PDF conventionnel