kfmv_Business_Excellence_Double_47_0113_RGB_300dpi

Devenir membre.

Context – notre magazine pour plus de succès au travail

Un engagement fragile

On parle beaucoup de loyauté en lien avec le travail, en particulier lorsque celle-ci fait défaut. Qu’est-ce que la loyauté? Quelle valeur a-t-elle?

Photo des personnages cinématographiques Laurel & Hardy

Mieux vaut ne rien dire...

Le président Donald Trump aurait demandé à l’ex-directeur du FBI James Comey un engagement de loyauté que ce dernier aurait refusé. «Je peux vous offrir mon honnêteté», aurait-il répondu. Trois mois plus tard, James Comey était sans emploi. La teneur de cet engagement de loyauté reste peu claire, tout comme la question de savoir si le refus d’engagement s’est révélé décisif pour le licenciement.

Mais de quoi parle-t-on lorsqu’on évoque la loyauté? Pour Peter Roos, partenaire-gérant du bureau a&o, «les employés se sentent liés aux objectifs de l’entreprise et, à la rigueur, mettent de côté leurs intérêts personnels. Ils se montrent coopératifs, constructifs en cas de conflits et renoncent à dire du mal de leur employeur, de leurs supérieurs ou de leurs collègues.»

Christoph Jordi, propriétaire de l’entreprise de conseil DoDifferent constate que, dans certaines entreprises, la loyauté n’a plus beaucoup de valeur. «Dans les entreprises orientées vers le profit, on demande de l’agilité et de la flexibilité.» La loyauté ne serait plus valorisée et serait même synonyme d’immobilisme. «Les entreprises tirent néanmoins encore et toujours un grand bénéfice en employant des collaborateurs loyaux qui travaillent bien, disposent d’une vaste expérience professionnelle et connaissent bien les clients», tempère Christoph Jordi.

Avocat au sein de la Société des employés de commerce, Felix Kuster a souvent affaire à la notion de loyauté dans le cadre des certificats de travail. Le qualificatif «loyal» est surtout appliqué aux employés travaillant pour des bureaux fiduciaires ou des banques. Il s’agit de branches qui valorisent la loyauté davantage que d’autres. Selon lui, ceci peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit de domaines où il est relativement facile de faire du tort à son employeur. Et il arrive fréquemment que des clients qui contestent un certificat insistent pour que la notion de loyauté soit mentionnée. Le manque de loyauté comme motif de licenciement est, d’après son expérience, plutôt rare mais peut se justifier selon les circonstances.

Article complet à lire dans le Context #9/2017.


A lire actuellement dans le Context #9/2017

Sondage: plus les employés peuvent organiser leur travail de manière flexible, plus ils sont satisfaits - Licenciement: pas d'accusation sans enquête - Assessement Center: ce qu'il faut savoir - Entretien d'évaluation: comment se préparer?

dok_context-9-2017-fr-webdok_context-9-2017-fr-web
Context – plus de succès au travail

Une fois par mois, nous mettons l'accent sur des personnes comme vous et nous. Nous proposons des éclairages originaux sur le monde professionnel et vous livrons de précieux conseils. Nous vous surprendrons.



Prévoyance 2020 - l'enjeu est de taille!

07-alain-berset-prevoyance2020-470A3839-(c)-nicolas-brodard

Lire l'interview avec le conseiller fédéral Alain Berset

Afficher le Context en PDF conventionnel