10. juin 2014

Aperçu

Diplômes de la formation professionnelle supérieure: renforcement sur le plan international

Un sondage mené pour la première fois par la SEC Suisse auprès de 4000 diplômés de la formation professionnelle supérieure dans le domaine commercial démontre que la comparabilité internationale et la reconnaissance des diplômes professionnels préoccupent fortement les gens du métier. La politique nationale est appelée à agir!

Le sondage de la SEC Suisse analyse entre autres des questions concernant la reconnaissance des diplômes dans le cadre de candidatures en Suisse et à l’étranger. Une majorité des participants n’a pas rencontré de problème en Suisse (84,3%), respectivement n’a encore jamais postulé à l’étranger (91,4%). Ceux qui ont rencontré des problèmes ont affirmé que les exigences des formations ainsi que leur contenu n’étaient pas bien connus par le futur employeur – principalement des entreprises internationales. Bien souvent, ces employeurs ne sont donc pas en mesure de pouvoir évaluer correctement les titres professionnels suisses.

Bien que bon nombre des personnes du métier interrogées n’aient pas encore fait de telles expériences, cette problématique est amenée à s’accentuer à l’avenir en raison de la mobilité croissante sur le marché de travail. De plus, la comparabilité internationale préoccupe malgré tout fortement les participants: plus de 85% espèrent une revalorisation de la formation professionnelle sur le plan international grâce à un réajustement des diplômes de la formation professionnelle supérieure aux titres académiques (Professional Bachelor/Master).

En contradiction, sur la base des réponses, la question se pose de savoir si les participants souhaitent réellement un tel changement: seulement 43% se prononcent en faveur d’une désignation similaire des diplômes de la formation supérieure professionnelle et des hautes écoles. En revanche, 25% n’y sont pas favorables. A noter l’indécision de près d’un tiers (32%) qui ne peut évaluer ces questions. On constate manifestement encore beaucoup d’incertitude. Les diplômés de la formation professionnelle ne sont pas en mesure de répondre simplement à la question de savoir quel est le chemin adéquat pour un meilleur positionnement des diplômes professionnels. La motion Aebischer, qui sera vraisemblablement traitée en date du 12 juin par le Conseil national, demande pourtant l’équivalence des diplômes de la formation professionnelle supérieure et des hautes écoles.

Les résultats de ce sondage expliquent néanmoins: il est capital que quelque chose soit entrepris concernant le renforcement de la reconnaissance des diplômes professionnels sur le plan international. La SEC Suisse demande depuis 10 ans déjà l’introduction du cadre de qualifications national (CNC-CH-FP) et elle invite le Conseil fédéral à mettre en place celui-ci d’ici octobre 2014. Grâce à cet instrument et ses références au Cadre européen des certifications (CEC), les diplômes devraient être clairs, compréhensibles et comparables
entre pays.

Pour toute question complémentaire
Meier Claude

Claude Meier
Responsable formation professionelle

Tél. 079 540 79 80

Le sondage

L’étude menée par la SEC Suisse interroge plus de 4000 personnes qui suivent ou ont achevé une formation professionnelle supérieure commerciale (examen professionnel, examen professionnel supérieur, haute école, école supérieure EP). Les groupes cibles incluaient des personnes actuellement en formation ou ayant obtenu un diplôme supérieur en 2012 ou 2013. Le taux de participation de plus de 20% est considérable pour une telle enquête. Les résultats détaillés seront publiés dans un rapport final complet à fin août 2014.