17. avril 2013

Aperçu

Le sondage auprès des personnes ayant terminé leur apprentissage en 2012

Quatre mois après la fin de leur apprentissage d’employé-e de commerce, 95% des diplômé-e-s envisagent de faire une formation continue ou l’ont déjà commencée. La situation de l’emploi est également réjouissante: seul 2.5 % étaient à cette période encore inscrits auprès des Offices régionaux de placement.

Quatre mois après avoir passé les examens de fin d’apprentissage, la grande majorité des personnes ayant terminé leur apprentissage ont des perspectives d’avenir claires. 73.7 % parmi eux travaillent, 18.5 % ont une autre activité. Les deux-tiers de ce dernier groupe suivent une formation professionnelle ou continue complémentaire.

Il est réjouissant de constater que très peu de personnes ayant terminé leur apprentissage étaient en stage au moment de l’enquête (2.8 % contre 3.7 % en 2011). Par contre il est très dérangeant de constater qu’une bonne moitié de ces personnes font un stage dans le domaine commercial et dans la même branche que leur apprentissage. Or ces personnes seraient en droit d’obtenir un emploi régulier avec un salaire convenable.

Des 5% restants, la moitié est inscrite au chômage, 1% recherche un emploi sans demander le soutien de l’ORP. 1.5% n’est soit pas pressé de trouver un emploi, soit a un travail en perspective mais ne l’a pas encore commencé. La tendance est ainsi confirmée selon laquelle les personnes ayant terminé leur apprentissage dans le secteur commercial sont très demandées sur le marché du travail: Le taux moyen des personnes sans emploi dans la classe d’âge de 15 – 24 ans se situant à 3.5% (nov. 2012) est donc nettement plus élevé. Cette évolution positive depuis le premier sondage en juillet permet par ailleurs de conclure que le marché du travail est bien capable d’intégrer tous les employé-e-s de commerces ayant terminé leur apprentissage. A cause de leur grand nombre (11 000/année) cela se fait cependant avec un certain décalage temporel.

Afin de désamorcer la situation, la SEC Suisse invite les entreprises à offrir davantage de possibilités d’engagement à leurs apprenti-e-s au sein de l’entreprise en leur permettant d’y rester encore durant un certain temps après l’obtention du CFC.


Peu de soutien dans les formations continues
Pour la première fois dans le cadre du sondage auprès des personnes ayant terminé leur apprentissage, les désirs de formation continue ont également fait l’objet de l’enquête. Il s’avère que la disposition de suivre une formation continue est très élevée dans le domaine commercial. Plus de la moitié des sondés indique avoir déjà commencé une formation continue ou d’en commencer une dans le courant de l’année. De plus, 44 % prévoient d’entamer une formation dans les prochaines années, et seulement 5.6% n’ont pas encore de tels projets.
Avec un taux de 20%, la maturité professionnelle est la formation la plus souvent planifiée, suivie d’études au sein d’une HES (18%). Avec un taux d’environ 10% chacun, les cours de langues, les examens professionnels (brevets) et les cours de certificat sont également très populaires. Près de la moitié des personnes sondées suivent une formation en cours d’emploi.

Le soutien du côté des employeurs des jeunes employés de commerce dans leurs démarches de formation continue est par contre plutôt modeste. Seulement 10% sont soutenus financièrement, 30% bénéficient d’un soutien sous forme de temps. La SEC Suisse invite les entreprises à étendre ce soutien – aussi dans leur propre intérêt, puisque l’économie a un besoin avéré de personnel qualifié et bien formé.

Nicole de Cerjat

Responsable du service juridique,
téléphone mobile 077 427 68 07