kfmv_Business_Excellence_Double_05_0307_RGB_300dpi

Grève des femmes 2019 – Pour l'égalité entre les sexes

Vendredi 14 juin 2019, divers associations et les syndicats appellent à une nouvelle grève des femmes. Ceci dans le but d'attirer l'attention sur les inégalités qui existent encore entre les sexes. La Société des employés de commerce, votre Centre de compétence en matière de travail et de formation, s'engage depuis longtemps pour l'égalité entre femmes et hommes et pour une meilleure conciliation entre travail, formation et vie privée – et notamment au niveau politique.

28 ans après la grève nationale des femmes du 14 juin 1991, les associations et les syndicats appellent à une nouvelle grève. La Société des employés de commerce soutient comme par le passé les revendications en matière d'égalité entre femmes et hommes et encourage ses membres à attirer l'attention sur les inégalités qui existent encore. Les femmes continuent d'être moins bien rémunérées que les hommes, moins représentées dans les postes de direction et sont nettement plus touchées par la pauvreté des personnes âgées.

La Société des employés de commerce considère la grève nationale des femmes comme une excellente opportunité d'attirer l'attention à large échelle sur diverses questions liées à l'égalité des chances. Elle s'engage depuis longtemps pour l'égalité entre femmes et hommes et pour une meilleure conciliation entre travail, formation et vie privée. Au niveau politique également.

La Société des employés de commerce considère qu'il est urgent d'agir dans les domaines suivants.

Revendications pour plus d'égalité

  • La conciliation entre vie professionnelle et familiale concerne les parents et pas uniquement les femmes.
  • Un congé parental doit être mis en place.
  • Le travail à temps partiel doit être plus attractif pour les hommes.
  • Les conditions cadres doivent être améliorées au sein des entreprises dans une perspective de conciliation : à travers le travail flexible, en ne plaçant pas de séances en début et fin de journée, etc.
  • Les conditions cadres de la formation professionnelle supérieure doivent être améliorées pour permettre de mieux concilier la formation et la vie familiale.
  • Le système de prévoyance doit également être amélioré pour les bas salaires (p.ex. liés au temps partiel) et les lacunes de revenu.
  • Les contributions des parents aux frais de garde doivent diminuer.
  • L'égalité de traitement au niveau fiscal doit être instaurée – indépendamment de l'état civil.
  • Des incitations fiscales doivent être instaurées pour inciter à continuer d'exercer une activité rémunérée (p.ex. à travers une déduction plus élevée des frais de garde).
  • Favoriser l'accession des femmes aux postes de direction (p.ex. à travers les carrières à temps partiel, le jobsharing, etc.)
  • Les systèmes salariaux doivent être examinés sous l'angle de leur potentiel de discrimination.
  • Les femmes et les hommes ne doivent pas être traités différemment au travail et dans leur formation en raison de leur sexe.
  • Les femmes doivent pouvoir se sentir en sécurité à la maison comme dans l'espace public.

En savoir plus

Contacts médias

Emily Unser

Responsable Relations Presse
et Relations Publiques
Téléphone +41 44 283 45 60

DwlRVEpGFgQAUUFzGAILBUtQDA==

Ursula Häfliger

Responsable Politique
Téléphone +41 44 283 45 78

HxZLTV8JTQISUVVfGgMDASVYAgcSFltb

Contacts pour les membres

Plus de conseils. Pour vous.

En tant que membre, vous profitez gratuitement de nos conseils juridiques, conseils en développement de carrière, recommandations salariales ainsi que conseils à la jeunesse.

Aller à l'aperçu
logo_Frauenstreik_2019