kfmv_Startup_Single_31_0093_RGB_300dpi

15. juillet 2019

Aperçu

Solutions acceptables sur le plan social pour les employés du Groupe Migros

Le Groupe Migros fait actuellement les gros titres en raison de diverses mesures de restructuration. L'an dernier, la Fédération des coopératives Migros a commencé un processus de restructuration. Au mois de juin de cette année, elle annonçait la vente de ses filiales Globus, m-way, Depot et Interio. En parallèle diverses coopératives régionales ont présenté des mesures de réduction des coûts. En tant que partenaire social du Groupe Migros, la Société des employés de commerce accompagne les mesures de restructuration en cours et ne peut exclure une nouvelle rationalisation des charges en matériel et en personnel à l'avenir. Elle met le Groupe Migros à contribution de développer les meilleures solutions possibles pour les employés touchés par ces changements.

 

Situation difficile dans le commerce de détail

Le secteur du commerce de détail fait face à un environnement de marché difficile. Cela est en partie dû à une concurrence accrue et aux changements de comportement des consommateurs liés au développement du commerce en ligne. Les décisions de gestion prises par le passé ne correspondent plus aux besoins actuels et provoquent une baisse des ventes. Le Groupe Migros ne fait pas exception. La Fédération des coopératives Migros (FCM) entend donc se concentrer à nouveau sur son cœur de métier stratégique (secteur alimentaire), investir davantage dans le commerce en ligne et dans l'expansion du secteur des produits de restauration différée (Convenience). La Société des employés de commerce déplore le fait que ces décisions et mesures correctrices ne sont pas sans conséquences pour les salariés.

Restructuration stratégique

Depuis un certain temps, le Groupe suscite l'inquiétude parmi les collaborateurs en raison de ses changements organisationnels. L'année dernière, la FCM avait déjà annoncé son projet de restructuration intitulé « Fast Forward ». En juin passé, le Groupe a annoncé la vente de ses filiales Globus, m-way, Depot et Interio. En outre, diverses coopératives régionales ont fait état d'ajustements dans leurs coopératives respectives (voir chronologie). A l'heure actuelle, la Société des employés de commerce n'exclut pas d'autres réductions de coûts en matériel et en personnel, et donc de nouvelles suppressions d'emplois. Les échanges avec les partenaires sociaux montrent que Migros souhaite communiquer sur ses projets de manière transparente et trouver des solutions transitoires efficaces pour ses collaborateurs.

Un partenariat social fort

La Société des employés de commerce est l'unique organisation d'employés en Suisse à entretenir un partenariat social avec la plupart des grands représentants du commerce de détail en Suisse (Coop, Migros, Lidl Suisse, Valora etc.). Par conséquent, elle connaît les évolutions et les défis actuels auxquels le secteur fait face. En tant que partenaire social, la Société des employés de commerce est régulièrement informée des projets en cours au sein du Groupe Migros et participe activement aux nouveaux processus de réorganisation ainsi qu'à la négociation et à la mise en œuvre d'éventuels plans sociaux. « De bons plans sociaux sont importants pour protéger les salariés des difficultés économiques et sociales. Les employés doivent être informés rapidement et de manière transparente des restructurations en cours. Nous encourageons Migros à continuer à rechercher des alternatives viables dans l'intérêt des employés », souligne Caroline Schubiger, responsable du département Emploi et conseils au sein de la Société des employés de commerce. Si des suppressions d'emplois sont inévitables, elles doivent être amorties par des départs naturels ou d'autres solutions d'engagement possibles. Si des licenciements ont lieu malgré tout, la Société des employés de commerce exige du Groupe Migros de soutenir activement les employés concernés par cette situation difficile en les accompagnant dans leur réorientation, au sein de l'entreprise ou à l'externe. La Société des employés de commerce a élaboré des plans sociaux avec la FCM ainsi qu'avec les coopératives régionales pour les salariés concernés et se tient à leur disposition pour répondre à leurs questions.

Chronologie

Projet de restructuration « Fast Forward »

L'an dernier, le Groupe Migros présentait son projet de restructuration intitulé « Fast Forward ». Dans ce cadre, il entend supprimer, d'ici 2021, environ 300 emplois dans l'administration centrale. Les domaines de l'informatique, le marketing et les RH sont particulièrement concernés.

Restructurations régionales

Le 10 juillet 2019, la Coopérative Migros Zurich communiquait son programme d'optimisation de rendement. Les jalons sont ainsi posés pour optimiser les processus et l'organisation du centre d'exploitation d'ici fin 2022. Dans ce contexte, l'équivalent de 40 postes à plein-temps seront supprimés sous forme de licenciements individuels, de fluctuation naturelle et de départs en retraite anticipée. Deux semaines auparavant, le 27 juin 2019, la coopérative Migros Lucerne annonçait la fermeture du centre d'habitat Interio à Emmen. Cette fermeture est prévue pour la fin du mois de mars 2020. Environ 23 employés sont touchés. Le 24 juin 2019, la coopérative Migros Suisse orientale a également annoncé une réduction de ses coûts centraux. Il en résultera environ 90 suppressions d'emplois au siège de Gossau SG.

Vente de Globus, Interio, Depot et m-way

Le jeudi 27 juin 2019, le Groupe Migros a annoncé une autre mesure : la vente de ses filiales Globus, m-way, Depot et Interio. Le Groupe a expliqué sa volonté de se concentrer sur son cœur de métier stratégique. Dans l'ensemble de la Suisse, environ 11'000 collaborateurs sont concernés par cette mesure .

Emily Unser

Responsable Relations Presse
et Relations Publiques
Téléphone +41 44 283 45 60

DwlRVEpGFgQAUUFzGAILBUtQDA==