kfmv_Startup_Single_31_0093_RGB_300dpi

19. juin 2018

Aperçu

Rapport 2018 sur l’éducation: la formation professionnelle supérieure doit impérativement être mieux positionnée

La Confédération et les cantons ont présenté aujourd’hui le rapport 2018 sur l’éducation qui contient les données et informations actuelles concernant le système éducatif suisse: il relève la nécessité urgente d’agir dans les domaines des titres du degré secondaire II, de la numérisation et de la formation professionnelle supérieure. La formation professionnelle supérieure risque de perdre de l’importance: c’est une évolution inquiétante, car les diplômés de cette filière sont particulièrement bien intégrés dans le marché du travail.

L’actuel rapport sur l’éducation de la Confédération et des cantons montre dans quels domaines du système éducatif suisse il est nécessaire d’agir. Ces résultats doivent être comparés aux objectifs en matière de politique de formation du DEFR et de la CDIP de 2015, et les ajustements correspondants doivent être effectués. Pour la Société des employés de commerce, les résultats suivants sont particulièrement importants:

  •  Le taux de diplômés du secondaire II chez les jeunes de 25 ans se situe à 91% et n’atteint donc pas l’objectif des 95% fixé en 2011 déjà. D’importants efforts doivent être faits notamment auprès des adolescents et des jeunes adultes issus de l’immigration, car le taux est ici encore loin de l’objectif visé (seulement 73% chez les personnes nées à l’étranger). L’enseignement de compétences de base tient ici un rôle important. Les offres facilitant le passage du secondaire I au secondaire II et qui assurent le maintien dans le secondaire II de jeunes dans des situations difficiles doivent être soutenues. Il est également nécessaire d’investir dans l’éducation préscolaire: il est avéré que cette dernière atténue les différences dues aux origines sociales ou culturelles.
  •  En 2015, la numérisation n’était pas un sujet faisant partie des objectifs de la politique de formation. Le rapport sur l’éducation montre qu’il manque encore des études approfondies à ce sujet dans le domaine de la formation et que les pronostics sont difficiles. C’est pourquoi il est d’autant plus urgent de consacrer une attention accrue à cette thématique qui continuera à modifier le monde du travail et de la formation. Des activités de recherche, un suivi à tous les niveaux scolaires ainsi qu’une stratégie concrète sont nécessaires. Le communiqué de presse de la Confédération et des cantons ne mentionne aucune démarche prévue à ce sujet.

« Concernant l’avenir de l’apprentissage de commerce, la conseillère d’état Steiner se trompe. Des études actuelles montrent que l’apprentissage de commerce offre une excellente base pour de nombreuses possibilités d’évolution dans le secteur professionnel qui connaît la plus forte croissance », affirme Michael Kraft, responsable des conseils et de la politique jeunesse auprès de la Société des employés de commerce. « Avec ses études concernant l’externalisation (offshoring) et la numérisation en 2016, la Société des employés de commerce a déjà indiqué les compétences qui seront requises à l’avenir dans le domaine économique et commercial et la manière avec laquelle on peut faire face au changement. »

  •  Selon le rapport sur l’éducation, la formation professionnelle supérieure perd de l’importance en comparaison avec les autres diplômes du tertiaire, alors que ses diplômés sont particulièrement bien intégrés dans le marché du travail. C’est pourquoi la formation professionnelle supérieure doit être davantage encouragée, que ce soit au niveau du financement ou de la création de nouvelles filières de formation plus flexibles.

La Société des employés de commerce estime qu’il est primordial de tenir compte de ces thématiques et des objectifs, définis en 2015 déjà, concernant la comparabilité au niveau international des diplômes de la formation professionnelle supérieure et des qualifications professionnelles des adultes lors de la prochaine phase d’évaluation et de la définition des nouveaux objectifs politiques de la Confédération et des cantons.

Contact:

Dominique Nussbaum

Porte-parole pour la Suisse romande
Téléphone +41 32 721 20 71

DgtVUV0BEh8WGl1GABcEEhBeJBkBW0tGARAZFhpQWw==