kfmv_Startup_Single_31_0093_RGB_300dpi

19. mai 2019

Aperçu

L'AVS reste sous pression

Les citoyens suisses ont approuvé la loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS (RFFA). Il s'agit de deux projets importants permettant de contribuer à l'attractivité de la Suisse et à assurer le financement de l'AVS. « Mais pour combien de temps ? », se demandent les associations d'employées, réunies au sein de la plateforme. Elles exigent aujourd'hui des réformes de fond dans le premier et le deuxième pilier.


Le besoin de réforme demeure

L'apport financier que l'AVS reçoit à travers l'adoption de la loi relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS (RFFA) permet d'éviter le pire pour quelques années. Cet effet ne sera cependant que temporaire : dès 2027, les déficits menaceront à nouveau l'AVS. Il est donc grand temps de discuter ouvertement de réformes de fond dans le premier et le deuxième pilier. « Avec la RFFA, le patient est stabilisé, mais une opération demeure urgente et indispensable. La Suisse a besoin d'une réforme profonde et durable de l'AVS », explique Daniel Jositsch, président de la Société suisse des employés de commerce.

L'évolution démographique exerce une pression massive sur le système par répartition du premier pilier. Seules des réformes profondes permettront d'assurer les rentes AVS aux générations futures. Le fait que l'on vive bien plus longtemps que lors de l'instauration de l'AVS est réjouissant. Mais le fait de ne pas vouloir adapter en conséquence la durée de la vie active n'a aucun sens. « Aujourd'hui, la main d'œuvre qualifiée en particulier, entre souvent plus tardivement dans la vie active. Il est donc nécessaire de créer des conditions cadres favorisant le travail au-delà de l'âge de référence actuel », souligne Stefan Studer, directeur d'Employés Suisse.

Le travail doit toujours valoir la peine


Le travail doit valoir la peine, au niveau financier comme au niveau personnel. Le travail des employés plus âgés doit être considéré par les entreprises comme un enrichissement plutôt qu'un poids. Ces personnes disposent souvent de nombreuses connaissances spécifiques à l'entreprise et sont généralement très performantes. Leur protection sociale doit être garantie et des solutions appropriées doivent être recherchées, même en période de chômage. Le Conseil fédéral a présenté la semaine dernière une série de premières propositions en la matière.

Pour les associations d'employés de la plateforme, des incitations financières favorisant l'allongement de la durée du travail et la protection sociale sont nécessaires dans le deuxième pilier, pour les revenus inférieurs notamment. Les partenaires sociaux, chargés de préparer une proposition de réforme, doivent maintenant présenter des solutions adéquates. Les réformes du premier et du deuxième pilier vont de pair. Ce n'est qu'en les associant, que la situation des employés à bas salaires, en particulier des travailleurs à temps partiel et des femmes, pourra s'améliorer à la retraite, et que la redistribution intenable des actifs vers les retraités dans le deuxième pilier prendra fin. Les employés doivent pouvoir compter sur des rentes décentes indépendamment de leur taux/forme d'occupation (employés, Gig Worker, indépendants, etc.) ou de leur état civil, aujourd'hui comme demain.

En savoir plus


Associations d'employées "La plateforme"

La plateforme représente les intérêts communs dans la sphère politique et publique d’Employés Suisse, de la Société des employés de commerce, de l’Association suisse des cadres, de la Société zurichoise de gestion des ressources humaines et de veb.ch, l’organisation suisse des experts en finance, controlling et comptabilité. Ensemble, ces associations défendent les intérêts de quelque 88 000 membres sur des thèmes de politique de formation, de politique économique et de politique des employés. Le but est de concentrer leurs intérêts politiques supérieurs et de contribuer à la percée de solutions consensuelles et de compromis.

Contact

media_Daniel_Jositsch_2014

Daniel Jositsch

Président de la Société suisse des employés de commerce
Mobile 079 503 06 17

DgVWUVYETQAcR1pHAAcOMw5VCRxKW1A=

Emily Unser

Responsable Relations Presse
et Relations Publiques
Téléphone +41 44 283 45 60

DwlRVEpGFgQAUUFzGAILBUtQDA==

Ursula Häfliger

Responsable Politique
Téléphone +41 44 283 45 78

HxZLTV8JTQISUVVfGgMDASVYAgcSFltb