Context – notre magazine pour plus de succès au travail

Rattraper un CFC à l’âge adulte?

Michael Kraft

Le CFC d’employé-de commerce offre de nombreux débouchés dans le domaine économique et commercial. Dans certaines conditions, il est possible de l’obtenir sans passer par la case apprentissage.

Photo  d'un homme étudiant devant son ordinateur

En rattrapant un certificat fédéral de capacité, on optimise ses chances sur le marché du travail, on peut accéder à de nombreuses formations continues et on dispose de meilleures possibilités en termes de salaire. Il existe plusieurs possibilités d’obtenir un CFC d’employé-e de commerce à l’âge adulte. Le choix de celle qui convient le mieux dépend de différents facteurs et de ses préférences personnelles.

Lorsqu’on souhaite se reconvertir, mais que l’on ne dispose que de peu d’expérience profes-sionnelle dans le domaine que l’on souhaite intégrer, l’apprentissage régulier en entreprise et à l’école professionnelle reste la voie à suivre. Les personnes titulaires d’une formation préalable (apprentissage, maturité gymnasiale, notamment) peuvent par contre bénéficier individuellement d’une formation raccourcie d’un an ou deux.

Après une expérience professionnelle de plusieurs années, on a la possibilité dans toutes les professions de se présenter aux examens de fin d’apprentissage, selon l’article 32 de l’Ordonnance sur la formation professionnelle (OFPr). En ce qui concerne le CFC d’employé-e de commerce, il faut pouvoir attester, au moment de l’examen, d’une expérience pratique de cinq ans, dont deux ans dans le domaine commercial. Le titre peut s’acquérir en cours d’emploi. Il est toutefois recommandé de disposer au moins de compétences de niveau B1 en français. Certaines écoles proposent des cours de préparation aux examens de fin d’apprentissage spé-cifiquement destinés aux adultes.

Pour les personnes qui disposent d’une longue expérience en lien avec la profession à laquelle elles aspirent, il existe encore la procédure de validation des acquis (VAE). Les candidates et candidats doivent constituer un dossier qui atteste des compétences et de l’expérience profes-sionnelle liées au métier en question. La procédure se déroule en cinq phases au cours des-quelles les candidates et candidats peuvent être accompagné-e-s en cas de besoin. Dans ce cas de figure, le CFC est remis sans qu’il soit nécessaire de se présenter à la procédure de qualification. Il est à noter que cette procédure suppose aussi des compétences de niveau B1 en français et que la constitution d’un tel dossier représente un travail conséquent qui requiert un certain investissement en temps et en argent.

Les offices cantonaux de la formation professionnelle sont les organes compétents, pour l’admission à la procédure de qualification (article 32) comme pour la validation des acquis.


A lire actuellement dans le Context #2/2018

Secteur bancaire: des métiers en mutation - Commerce de détail: savoir vendre en deux langues - Pause-café: portrait de Roxanne Meyer Keller, syndique d'Avenches - Conseil juridique: peut-on être chômeur et retraité?

dok_context-2-2018-fr-webdok_context-2-2018-fr-web

Afficher le Context en PDF conventionnel

kfmv_Startup_Silh_Peo_02_0164_K_150dpi

Devenir membre

L'adhésion à la société des employés de commerce vaut la peine. Pour toute la vie. Un autre grand avantage: nous sommes proches de vous.

Adhérer!