Navigation par page & recherche

La fin de la journée de huit heures

Au cours des dernières années, de nombreux nouveaux modèles de travail sont apparus. Ce qui est frappant: la journée classique de huit heures devient de plus en plus rare. Le moteur de cette évolution est la numérisation, bien qu’une conception plus libre du travail était déjà envisagée à l’ère pré-numérique.

  1. Les travailleurs indépendants ou les petites start-up travaillent ensemble dans des espaces de coworking. Ils bénéficient de l’infrastructure et du savoir-faire partagés avec les autres collaborateurs. L’appartenance est limitée dans le temps et elle est non contraignante.

  2. Un crowdworker travaille n’importe où dans le monde et à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Il obtient ses mandats via Internet de la part d’entreprises qui répartissent leurs projets et les attribuent sous forme de petites commandes.

  3. Un freelance travaille de façon indépendante pour un ou plusieurs clients sur la base de mandats et ne conclut pas de contrat de travail avec eux. Les freelance assument seuls le risque économique et sont responsables de leurs propres contributions aux assurances et aux institutions de prévoyance.

  4. Une plateforme en ligne met en relation les donneurs d’ordre et les mandataires; l’exploitant de la plateforme encaisse une commission. Les personnes qui exécutent les gig-jobs sont des travailleurs indépendants.

  5. Un poste est réparti entre deux ou plusieurs personnes dans la limite d’un certain taux de travail. Le topsharing fait référence à un poste de direction.

  6. Les heures de travail à fournir sont réparties sur toute l’année. Le modèle est de plus en plus populaire auprès des employés, mais aussi des employeurs. Ils peuvent adapter en permanence les missions de travail au volume de commandes et équilibrer les fluctuations avec l’effectif existant.

  7. Un modèle de l’époque pré-numérique: les salariés doivent respecter les heures des périodes blocs imposées par leur employeur mais ils peuvent répartir librement leur temps de travail, à condition qu’ils respectent la durée obligatoire.

  8. Les employés travaillent à moins de 100%. La réduction peut se faire par jour, par semaine, par mois, ou même sur toute une année. Le travail est fourni en continu ou par intervalles.

  9. L’accent est mis sur l’atteinte des objectifs convenus et non sur la présence des employés. Le temps de travail n’est pas saisi. Les employés décident eux-mêmes du moment et de l’endroit où ils doivent faire leur travail.

  10. Les employés effectuent une partie de leur travail en dehors de leur lieu de travail, par exemple en home-office, dans le train sur le chemin du bureau ou dans un espace de coworking.

  11. Missions que les employés exécutent sur ordre de l’employeur ou selon le volume de travail. Une distinction est faite entre le travail sur appel avec ou sans devoir de diligence.

  12. Il s’agit d’un emploi à durée déterminée, généralement par l’intermédiaire de prestataires de services du personnel, afin de pallier les pénuries de personnel ou d’absorber les fluctuations des commandes.

  13. Un travailleur indépendant travaille pour un ou plusieurs clients sur la base de mandats et ne conclut pas de contrat de travail avec eux. Les indépendants assument seuls le risque économique et sont responsables de leurs propres contributions aux assurances et aux fonds de pension.

Brochures

Contact