Navigation par page & recherche

Beaucoup de nouveautés dans la profession d’assistant-e

La profession d’assistant-e sera plus intéressante et exigeante. La créativité est désormais à l’ordre du jour.

L’environnement professionnel devient plus dynamique, les modèles de travail plus flexibles et les hiérarchies s’aplatissent. Ces évolutions se répercutent aussi sur le rôle des assistant-e-s de direction avec brevet fédéral. La coordination, l’analyse et la stratégie y gagnent en importance.

Nouvelles compétences dès 2023

La révision de l’examen professionnel d’assistant-e de direction se devait de refléter les nouvelles tendances et évolutions du marché du travail. Le profil professionnel est réévalué et met désormais l’accent sur l’autonomie et l’interdisciplinarité. Le rapport classique entre assistant-e et cadre est rompu pour évoluer vers une collaboration et un partenariat d’égal à égal.

Les futur-e-s diplômé-e-s seront des spécialistes qualifié-e-s pour soutenir les entreprises, les cadres et les dirigeant-e-s dans leurs activités de management. Conscientes de leurs capacités et travaillant de manière autonome et responsable, ces personnes joueront un rôle de plaque tournante dans l’entreprise. Elles contribueront activement aux changements et devront assumer des responsabilités dans des projets ou en dirigeant des équipes. C’est pourquoi le nouvel examen professionnel constituera la reconnaissance par la Confédération de bonnes connaissances générales combinées avec des compétences opérationnelles spécifiques et spécialisées, de très bonnes connaissances des langues étrangères ainsi que des compétences sociales, personnelles et méthodologiques.

Le titre d’assistant-e de direction sera adapté aux nouvelles réalités du monde du travail

La valorisation de l’image de ce profil professionnel est une autre préoccupation centrale de la Société des employés de commerce. Le titre actuel «assistant-e de direction» est chargé d’une très forte connotation féminine liée à l’émergence et à l’histoire de la profession. Et le fait qu’elle soit perçue comme un «métier de femme» a pour conséquence que l’autonomie et les hautes qualifications des diplômé-e-s sont souvent sous-estimées, ce qui a notamment un impact négatif sur les opportunités de carrière et l’évolution salariale. Ce titre, qui est toujours le même depuis les années 1980, ne contribue certainement pas à une image moderne et porteuse d’avenir alors que le profil professionnel à fortement évolué. C’est pourquoi, il est appelé à changer afin de rendre compte de la complexité et des responsabilités accrues inclues dans le profil professionnel. Les premiers examens remaniés sont agendés pour l’automne 2023. Le nouveau titre sera communiqué prochainement.

  1. Vous trouverez un aperçu de l'ensemble de notre engagement dans la formation professionnelle sur www.secsuisse.ch/formation-professionnelle

Informations complémentaires

Auteur

  • Melinda Bangerter

    Responsable de la formation professionnelle à la Société des employés de commerce

Contenus appréciés